#ECOCONSTRUCTION 2 – sommes-nous d’accord ?

Je déteste les spams, votre adresse ne sera jamais visible ni transmise.

Vous recevrez de temps en temps ma newsletter, et vous êtes libre de vous désabonner en un clic à tout instant.

Définition de l’écoconstruction en trois critères

1. Ecoconstruction : une définition floue

Je vous invite à lire la définition de l’écoconstruction donnée par la page wikipédia

2. Un bâtiment écologique

On ne peut pas clairement dire si tel ou tel bâtiment récent est une écoconstruction. Il y a continuum entre les bâtiments qui ne sont pas du tout écologiques, et les bâtiments qui sont très écologiques.

Par contre on peut définir un bâtiment extrêmement écologique, le maximum, et voir après comment s’en rapprocher, et faire des choix en connaissance des façons de faire qui soient extrêmement écologique. Donc ma définition de l’écoconstruction se fait avec trois paramètres :

3. Bâtiment 100% écologique

  • Il est construit avec des matériaux bruts et locaux
  • Il atteint un niveau acceptable de confort sans utiliser d’énergie non renouvelable.
  • Il ne coûte rien ou très peu.

4. Des exemples par millions

Il y a d’innombrables sources d’inspirations de telles construction dans le bâti ancien vernaculaire, au sens des techniques locales qui ont été utilisées tout au long de l’histoire de partout.

En effet, avant qu’il y ait l’industrie on faisait forcément de l’écoconstruction, à savoir des matériaux naturels bruts qui ne coûtaient pas grand chose et dont le niveau de confort était accepté donc on avait de partout de l’écoconstruction.

Donc ça c’est une source inépuisable d’inspiration : quand on cherche des idées de techniques, on peut aller voir dans le passé. Et en complément, il est encore aujourd’hui sur la planète un grand nombre de pays qui ne sont pas industrialisés donc forcément eux aussi utilisent des matériaux bruts et naturels donc on peut aussi observer ce qui se fait dans les autres pays.

5. Les cinq principaux matériaux écologiques sur la planète

Citons quelques exemples en images, qui utilisent la pierre, le bois, la glace, la toile avec les laines animales, et évidemment la terre, le matériau le plus utilisé sur la planète :  

6. Matériaux naturels + connaissances scientifiques = ?

Ce qui est intéressant à observer c’est ce qui se fait concrètement aujourd’hui autour de nous avec une conscience écologique et les connaissances scientifiques actualisées à l’heure d’aujourd’hui et les moyens que nous avons, certains outils, comme la vis et la visseuse qui sont quand même des outils incroyablement pratique pour simplifier la construction.

Vous pourriez être surpris du nombre de chantiers d’écoconstruction en cours ne serait-ce qu’en France !

L’écoconstruction est à l’habitat ce que la permaculture est à la nourriture : un référentiel de savoir-faire très pertinent pour collaborer avec la nature, sans toutefois être le modèle le plus pertinent d’un point de vue rentabilité d’une entreprise. 


Dans nos contrées, nous aspirons souvent à des constructions plus grandes, plus confortables, plus règlementées. Mais l’essor des tiny houses et des habitats légers vient contredire cela.


C’est dans une optique pragmatique que nous nous intéresserons ici aux techniques qui permettent de réaliser des écoconstructions contemporaines, mais n’oublions pas le point de départ : la capacité de l’être humain à bâtir des abris dignes de ce nom, avec des matériaux bruts, avant l’apparition de l’industrie.

Clic partage e-mail / fb :
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *